Que le temps passe vite si l’on fait bouger les choses

Que le temps passe vite : A peine qu’on avait distribué la dernière édition du Babillard en juillet, que toutes les forces se sont mobilisées pour organiser pour la deuxième fois la fête de quartier commune à la Neuveville et Auge le 24 août auprès du Werkhof.

Et de nouveau avec un grand succès. On a même eu l’honneur d’un conseiller fédéral qui lui aussi a voulu à titre privé profiter de l’ambiance extraordinaire qui en résulte quand les deux quartiers de la Basse-Ville mettent de côté leurs disputes éternelles d’antan pour conjuguer leurs talents organisationnels et créatifs. Nous invitons les autres membres du gouvernement fédéral à suivre l’exemple de leur membre courageux. De partager une bière et, si le cœur vous en dit, de danser au son de notre bal qui vous emmènera jusqu’au bout de la nuit ne peut être que bénéfique pour trouver un compromis dans un quelconque dossier épineux et controversé entre les différents partis politiques.

Le 14 septembre les ainés du quartier ont pu profiter de la sortie annuelle sous les auspices de Muriel et Christian. Il s’est avéré que le tchou-tchou est très pratique comme moyen de transport non seulement pour les touristes, mais aussi pour les habitants du quartier qui, croyant de déjà tout savoir sur la Basse-Ville ont pu apprendre encore quelques nouvelles anecdotes par l’historien et professeur Alain Bosson.

Et puisque on parle de l’histoire riche de notre quartier : Dans ce numéro vous allez trouver dans la rubrique « sites historiques » un article sur le pont de St-Jean. Lisez-le attentivement avant que le pont soit fermé à la circulation pendant quelques mois au printemps 2020 pour cause de travaux. Ceci vous permettra peut-être de garder le calme si vous êtes obligé de faire un grand détour en voiture pendant le temps de travaux…

Le soleil était au rendez-vous pour la sortie des jeunes qui a eu lieu le samedi 28 septembre. Guidés par une série d’énigmes et de jeux, dix-huit enfants de la Neuveville ont parcouru les rues de leur quartier avec un œil nouveau (détails et photos en p. 9) Un grand merci aux moniteurs Tamara, Patrick et Mary-Jo.

Finalement, il y a quelques jours seulement que nous avons pu regarnir la tirelire de l’association du quartier par la soupe de soutien. Les environ 70 invités voire soutiens ont eu la tâche dif- ficile de choisir la meilleure soupe entre six créations originales. Apparemment la tâche était si difficile que les soupes de Julie et de Virginie ont obtenu le même nombre de points ! Bravo aux cuisinières et un grand merci aux donateurs et gourmets !

Avec toutes ces activités nous n’en avons pas épuisé, et de loin pas, nos munitions.

Un projet de jardin urbain sur l’espace public germer au coeur de notre quartier. Pour en savoir plus consulter la page 4. Si ce projet vous intéresse, vous trouverez toutes les informations sur le flyer à l’intérieur de ce numéro ou sur notre site internet. Et bien évidemment dans la cabine téléphonique qui s’avère de devenir un moyen de communication original mettant en relief certains évènements qui se passe dans notre quartier.

Au moment d’écrire ces lignes il est difficile, vu le soleil qui nous gâte lors de ce bel été indien, de se projeter dans l’hiver. Mais il s’approche en grand pas et avec lui, la fête St-Nicolas, qui est un moment important dans la vie de notre quartier.

En espérant de vous rencontrer pour accompagner le cortège des enfants, nous vous souhaitons bonne lecture!

VOS CO-PRÉSIDENTS, VIRGINIE ET ROMAIN

L’artiste Jean-Marie Glannaz

« Si tu veux, tu peux! »

Cette phrase, c’est la ligne de vie de notre hôte de ce jour, Lilli, qui nous a reçu chez elle, dans le quartier du Schoenberg. Elle souhaitait partager avec nous les souvenirs et les œuvres de son défunt mari, Jean-Marie Glannaz. Celui-ci a vécu de nombreuses années dans le quartier de la Neuveville. Né le 18 juin 1938, il est décédé en février 2011, laissant derrière lui un grand nombre de peintures, de dessins et de sculptures. 

Agée aujourd’hui de 87 ans, Lilli a aussi une âme d’artiste : confectionneuse de poupées, couturière, peintre, elle est une femme très active et énergique. C’est avec des étoiles dans les yeux qu’elle nous raconte ses souvenirs et nous montre des des photos et les nombreux tableaux de Jean-Marie qui égayent les murs de son appartement. Y figurent notamment des paysages de montagnes, où il aimait se promener avec ses amis, des portraits ou des animaux.

Il était passionné et le travail à fournir pour une œuvre ne le décourageait pas. Il a par exemple passé deux étés à fabriquer un canevas, grand comme une porte. Brodé ensuite méticuleusement par une amie, le résultat est une magnifique vue de la Cathédrale avec des fleurs aux couleurs de la Suisse, du canton et de la ville ! Sur la photo ci-contre, on voit Lilli qui prend la pose devant cette magnifique œuvre.

Un jour que Jean-Marie rentre d’une promenade au barrage, il aperçoit des souliers et un monticule de neige sous lequel il trouve Roland. Non seulement il lui sauvé la vie, mais de cette aventure il a peint le tableau ci-contre.

Jean-Marie a mis son talent au service de diverses sociétés du quartier. Comme par exemple le FC Central, le Paon ou le Boulodrome des Neigles (galerie de photos sur notre site Internet).

Lilli a un rêve, celui de publier un livre avec les œuvres de son cher époux, et que les bénéfices de sa vente servent à aider de jeunes talents. Car à son grand regret, personne n’a aidé Jean-Marie à être connu.

Merci Lilli pour ce sympathique moment de partage. Nous sommes ravis d’avoir pu mettre en lumière cet artiste du quartier, qui était très apprécié et où il avait beaucoup d’amis. Permettant ainsi aux anciens et aux nouveaux habitants de le (re)découvrir !

Texte : Muriel
Photos: Simon

De la flexibilité pour la Vieille-Ville – Article dans La Liberté


Le Conseil d’Etat confère le statut de site touristique à l’année au Bourg, à l’Auge et à la Neuveville. Les magasins des quartiers du Bourg, de l’Auge et de la Neuveville devraient bientôt pouvoir ouvrir jusqu’à 22 h en semaine et 20 le dimanche et les jours fériés. Le Conseil d’Etat vient d’édicter une ordonnance visant à modifier le règlement sur l’exercice du commerce de sorte à conférer à ces zones de la capitale cantonale le statut de site touristique à l’année. L’étiquette donne la possibilité à la commune de permettre des ouvertures plus tardives qu’ailleurs en ville. Lire la suite

La Liberté, Igor Cardellini, 6 septembre 2018